Etude de l'ARCEP sur le déploiement de la fibre optique

 Déploiement de la fibre optique
Cette nouvelle étude de l'ARCEP publiée le 28 septembre 2009 repose sur le déploiement de la fibre optique : à la fois sur les offres très haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés et sur les offres très haut débit en fibre optique avec terminaison en câble coaxial. Ces deux technologies permettent de fournir du très haut débit fixe avec des performances différentes, notamment en termes de débits remontants accessibles.
Les déploiements de fibre optique sur la partie horizontale se poursuivent : Depuis plus de deux ans, les principaux opérateurs ont engagé des déploiements en fibre optique sur la partie horizontale, c’est-à-dire située sur le domaine public. Une cinquantaine de villes ou d’agglomérations sont aujourd’hui concernées.
Dans le cadre de son « pré-déploiement », France Télécom est présente en région parisienne ainsi que dans une dizaine de villes en région. Dans une cinquantaine de villes ou agglomérations, Numéricâble a engagé le remplacement par de la fibre optique d’une partie de ses câbles coaxiaux situés sur la partie horizontale. Les déploiements de SFR et Free recouvrent majoritairement à ce stade les zones où France Télécom ou Numéricâble sont présents.
Au total, l’ARCEP estime que plus de 4,5 millions de foyers se situent à proximité d’un réseau en fibre optique au 30 juin 2009.
Les opérateurs alternatifs ont lancé de nombreuses études dans le cadre de l’offre d’accès aux infrastructures de génie civil de France Télécom: Suite à la décision d’analyse des marchés du haut débit et du très haut débit adoptée par l’ARCEP en juillet 2008, France Télécom a publié une première offre de référence d’accès à ses infrastructures de génie civil le 15 septembre dernier, qui a fait l’objet d’évolutions fin avril 2009, date à laquelle une seconde offre a été publiée. Cette nouvelle offre ouvre de nouvelles perspectives de déploiement, en particulier grâce à l’industrialisation à terme d’un certain nombre de processus.
En dehors de la ville de Paris où les déploiements de fibre optique sont réalisés le long du réseau d’assainissement, les déploiements effectifs de fibre optique par les opérateurs alternatifs dans les fourreaux de France Télécom représentaient de l’ordre de 300 km de câbles fibre optique fin décembre 2008. Depuis, les opérateurs alternatifs poursuivent leurs travaux de déploiement et ont en outre engagé au cours du premier semestre 2009 des études de disponibilité de fourreaux dans de nouvelles zones. Les études en cours concernent désormais une vingtaine de communes en région parisienne et dans les grandes agglomérations, correspondant à plus de 500 000 foyers raccordables à terme.
L’équipement des immeubles et des foyers en fibre optique est en cours : Le nombre total d’immeubles équipés en fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH) et raccordé au réseau d’au moins un opérateur s’élève à plus de 33 000 au 30 juin 2009, soit une progression de 60% par rapport au 1er janvier 2009.
Environ 650 000 foyers se situent dans ces immeubles et sont d’ores et déjà éligibles aux offres très haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés (FttH). Le nombre de foyers éligibles est en progression d’environ 50% par rapport au 1er janvier 2009.
Le nombre d’abonnements à un service très haut débit progresse mais est encore limité : Au 30 juin 2009, le nombre total d’abonnements très haut débit, tous opérateurs et toutes technologies confondues, s’élève à plus de 230 000, parmi lesquels plus de 50 000 abonnés aux offres très haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés, soit 25% de croissance par rapport au 1er janvier 2009 ; et environ 180 000 abonnés aux offres très haut débit en fibre optique avec terminaison en câble coaxial, soit 38 % de croissance par rapport au 1er janvier 2009.
La mutualisation se limite encore principalement aux immeubles fibrés situés dans les zones d’expérimentation : Au 30 juin 2009, le nombre d’abonnements très haut débit pour lesquels le fournisseur de services accède au réseau d’un opérateur tiers dans le cadre de la mutualisation, était de l’ordre de 200, sur près de 5000 foyers, correspondant environ à une centaine d’immeubles équipés en fibre optique et raccordés par au moins deux opérateurs.
Ce chiffre demeure restreint à ce stade mais devrait croître significativement après l’adoption par l’ARCEP de la décision relative aux modalités de l’accès aux lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique prévue avant la fin de l’année 2009.

Vos derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à réagir sur cette actualité !