pixel
bon plan Red by SFRPlus que
go

Retour à 3 opérateurs : de nouvelles négociations dès 2019 ?

Par le
soldes smartphone
logo des 4 opérateurs

Au niveau de la téléphonie mobile en France, quatre opérateurs se partagent principalement le marché, à savoir Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free.

Depuis l’arrivée de Free Mobile en 2012, tous les opérateurs ont dû plus ou moins s'aligner à la baisse permettant aux ménages de faire des économies, mais entraînant une baisse des marges. Alors que Free affichait un dernier trimestre quelque peu décevant, SFR, Bouygues Telecom et Orange sont en grande réflexion sur un éventuel remaniement du secteur et un retour à trois opérateurs. Qui va racheter qui ? Comment les choses se présentent-elles ? On vous explique tout.

Orange favorable à la logique d’un retour à 3

Le PDG du Groupe Orange, Stéphane Richard, a récemment affirmé qu’un retour à 3 opérateurs en France pourrait se négocier dès le début d’année 2019. Par contre, il a ajouté que son enseigne ne serait ni l’acheteur, ni le vendeur en question : « Nous n’allons pas prendre la tête d’une initiative car nous sommes trop forts pour le faire. Mais nous pouvons être un facilitateur car nous pensons que cela serait bon pour nous ».

Il a par ailleurs précisé : « Je reste convaincu que la taille du marché français et l’importance des investissements à réaliser dans les années qui viennent, pour terminer le déploiement de la fibre optique et préparer la 5G, rendent difficile la viabilité de quatre opérateurs ». Autrement dit, Orange s’est positionné comme favorable à une consolidation des télécoms mais ne souhaite qu’avoir un rôle de « facilitateur ». Reste à savoir comment les choses vont de se dérouler.

A lire aussi : 5G, un nouveau réseau pour de nouveaux usages

Bouygues Télécom aux aguets

C'est Bouygues Telecom qui reste le plus aux aguets et éventuellement paré pour un rachat. En effet, depuis plusieurs mois, la société ne cache plus ses ambitions d'être parmi les trois opérateurs restants en 2019. Déjà en avril dernier, des rumeurs de négociations avec SFR se profilaient, provoquant une hausse notable de l'action d'Altice, soit 9%.

Ce rachat permettrait au groupe de commencer à rembourser une dette, évaluée à 50 milliards d'euros. Néanmoins, SFR assure ne pas être vendeur et Free ne compte pas se faire dévorer.

Une situation qui s’annonce compliquée 

Difficile donc de faire de pronostics pour le moment car il faut dire que les forces et les faiblesses n’ont pas cessé de changer de camp au cours des derniers trimestres. Lors du lancement de Free Mobile, c’est Bouygues Telecom qui était le plus fragilisé. Le groupe est toutefois parvenu à se redresser grâce à une nouvelle politique commerciale. Ce fut ensuite au tour de SFR de se retrouver dans le rouge suite à des fuites massives de clients vers la concurrence. L’opérateur a également réussi à s’en remettre et c’est maintenant au tour de Free de voir son nombre d’abonnés diminuer dans le fixe et le mobile. Difficile de s’y retrouver.

La situation apparaît d’autant plus bloquée que l’Arcep, le régulateur des télécoms, n’est pas franchement pour un retour à trois, jugeant que « structurellement, le secteur peut fonctionner à quatre (…) et qu’il n’y a aucune impossibilité ». En 2018 déjà, un retour à 3 opérateurs avait failli voir le jour, mais aucun accord n’avait été trouvé entre Bouygues Telecom et SFR. Même schéma 2016, lorsqu’Orange avait tenté la fusion avec Bouygues Telecom. A suivre donc…

A lire aussi : un troisième trimestre décevant pour Free avant une année 2019 dite de rebond

catégorie: 5G Free Mobile
Ces conseils sont utiles ?
pensez à les partager !

partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur Linkedin
Commentaires
Soyez le premier à commenter cette info !
Réagir à cette actualité
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plusok